Actualités

la serpe

auteur : Philippe Jaenada

...
publié par yves montmartin

On se croirait dans un roman d’Agatha Christie, sauf qu’ici tout est vrai. Nous sommes en octobre 1941, quatre personnes, Georges le père, Henri le fils, Amélie la tante et Louise la bonne sont cloîtrés dans un château. Le matin Henri trouve le cadavre des trois autres tués à coups de serpe. Il n’y a aucune trace d’effraction, rien n’a été volé et le fils a emprunté récemment la serpe à une voisine. Accusé Henri crie son innocence mais s’inquiète de savoir s’il sera guillotiné si par hasard il est coupable. Henri, à la loterie de la vie, on peut dire que côté physique, il n’a fait pas partie des gagnants, c’est un sale individu, capricieux, violent, cynique, fils unique d’une bonne famille Pour ce qui est de dépenser, les billets de 1000 francs fondent dans sa main. Il pompe tout l’argent de son père et de sa tante. Il aime les femmes, l’alcool et les belles voitures.

L’auteur nous fait revivre l’ambiance nauséabonde de l’occupation, la méfiance des juifs, les restrictions, les attentats contre l’occupant, les éxécutions en représailles. Il part enquêter dans le Périgord sur les lieux mêmes de l’affaire. Avec sa petite pelle il tente de déterrer certains détails négligés par les enquêteurs. Tout y passe, nous voici la veille du drame, puis sur la scène du crime, une description minutieuse des cadavres et de leurs multiples blessures. On se replonge dans le dossier d’instruction, le procès avec un président du tribunal complaisant, les plaidoiries des avocats, le talent de l’avocat de la défense qui petit à petit va semer le doute parmi les jurés, comme un illusionniste en deux mouvements il transforme un foulard rouge en un vert et un accusé en innocent. Tout l’accuse et personne ne comprend ce qui a pu se passer lors du procès. Mais surtout Philippe Jaenada démontre qu’il s’agit d’une des enquêtes les plus désastreusement menées de l’histoire de la police et de la justice.

Une bonne dose d’humour ,rend cette sordide histoire plus légère. L’intérêt principal de ce récit est de nous faire découvrir cet homme atypique que fut Henri Girard, sale gosse, fils indigne, aventurier en Amérique du Sud, qui deviendra un écrivain célèbre sous le pseudonyme de Georges Arnaud et finira sa vie comme pourfendeur des injustices. Pour le reste si Philippe Jaenada même une enquête minutieuse, démontrant les erreurs commises par les enquêteurs,les mensonges et les contradictions des uns et des autres, tout ce qu’il avance n’est que des suppositions et ne présente que peu d’intérêt 75 ans après les faits d’autant plus que tous les protagonistes ont disparu.

A propos du contributeur

yves montmartin

Laisser un commentaire