Polar / Thriller

Le lecteur de cadavre

auteur : Antonio Garrido

...

Avis et résumé :

Dans la Chine rurale du début du XIIIe siècle, Ci Song, un jeune homme de dix-sept ans, abandonne ses études de juriste sous l’autorité du juge Feng, car son père a été accusé de corruption. Accusé d’un crime commis par son frère, Ci fuit fuir son village avec sa petite sœur malade. C’est ainsi qu’il se retrouve à Lin’an, la préfecture de la province, où il fait la connaissance de Xu, un fossoyeur devin escroc, qui lui assure gite et couvert à condition qu’il identifie les causes du trépas des cadavres amenés au cimetière : les familles paient bien ce genre de renseignements… La renommée de Ci s’étend vite.

Grâce à ces qualités inégalables, son formidable talent et son flair surprenant, il devient bientôt l’élève le plus brillant de l’école. Mais très vite il est jalousé par un condisciple, Astuce Grise. Pourtant, l’empereur en personne le mande au palais car de hautes personnalités de la cour sont assassinées… à distance !

Ci retrouve son vieux maître Feng marié à une superbe créature aveugle, Iris Bleu. Celle-ci cache un passé mystérieux et peut-être criminel. La Belle captive Ci Song et sa beauté le rend fou de désir. Y succombera-t-il ? Échappera-t-il à la haine d’Astuce Grise, prêt à tout pour l’envoyer dans l’Au-delà ? Et, surtout, résoudra-t-il l’énigme des meurtres ?

J’ai été captivé et pourtant la Chine, au premier abord, n’est pas un pays qui m’attire. Mais cette Chine impériale, sous la plume d’Antonio Garrido, s’est ouverte à moi comme une révélation. Et si ce récit est inspiré d’un personnage réel, c’est bel et bien les mots de l’auteur qui lui donne vie.

Ainsi ce livre à la fois un roman d’amour, d’histoire, d’aventures et d’apprentissage est envoûtant et palpitant. Il nous fait vivre dans le Moyen Age chinois et nous fait découvrir entre autres les techniques médicales pratiquées à l’époque.

C’est remarquablement bien fait, tout est parfaitement maîtrisé par l’auteur. Les personnages, les paysages, la reconstitution historique.

Alors comment ne pas penser aux aventures du Juge Ti du regretté Robert Van Gulik quand on lit ce titre. Elles ont enchanté, il y a une trentaine d’années, toute une génération de lecteur, comme moi, de polar historique.

La subtilité chinoise appliquée à l’art de l’énigme policière » disait Claude Roy en 1983, je reprends ses mots qui qualifient aujourd’hui merveilleusement ce second roman d’Antonio Garrido.

Ce fascinant roman, a été salué par le prix international du roman historique en 2012.

A propos du contributeur

genevieve van landuyt

Bibliothécaire depuis plus de 25 ans, grosse lectrice depuis plus d'un tiers de siècle, j'aime surtout les littératures policières et de l'imaginaire.
J'ai la chance d'avoir pour librairie, la Griffe Noire à Saint Maur. Et les échanges avec mes libraires sont toujours très fructueux. Les conseils de lectures sont interactifs, je découvre grâce à eux, je leur fait découvrir, c'est vraiment passionnant de partager entre passionné(e)s.
Une passion qui rejailli dans mon job. Auprès de mes collègues bibliothécaires, car je coordonne le comité de veille, d'analyse et de lecture polar des bibliothèque de la Ville de Paris où nous sélectionnons les romans policiers qui entrent dans les fonds de nos établissements culturels. Auprès de mes lecteurs, auxquels je propose bibliographie, coups de coeur mais aussi une fois par trimestre un apéro polar afin de provoquer des rencontres avec des auteurs .

1 commentaire

  • Ce livre est inspiré de la vie de Long Si dans la Chine du XIIIème siècle. Comme l’écrit Antonio Garrido, dans sa postface, « un roman historique est avant tout un roman ». Basé sur des faits historiques avérés, j’ai suivi Ci à travers les méandres de sa vie, de tous les malheurs qu’il a connus et, dieux sait qu’il en a connu. Une vraie poisse à lui seul !! C’est peut-être ce qui m’a gênée. Ce petit bémol posé, j’ai découvert la vie de la Chine, ses traditions. Ainsi, le père de Ci doit retourner au village et y vivre à la mort de son père. Les voici tous réunis dans la maison du grand frère qui se fait un malin plaisir de les rabaisser. Ci ne le supporte pas, mais son père l’oblige à s’excuser encore et toujours et à honorer ce grand frère tyrannique. Après la mort brutale de sa parentèle, Ci s’enfuit à Lin’an, capitale de l’Empire.
    Après bien des péripéties, il devient fossoyeur. Son habileté à lire dans les cadavres, lui permet d’entrer dans la grande académie Ming. Sa grande aptitude à découvrir les causes de la mort, parvient aux oreilles de l’empereur qui le mandate pour découvrir l’auteur de plusieurs assassinats qui semblent similaires. Il trouve et c’est la gloire, il ne trouve pas, c’est la mort ! Lisez le livre pour en savoir plus…
    Epopée où Antonio Garrido, fort bien documenté, me fait découvrir les mœurs de la Chine moyenâgeuse dans un décor à la fois somptueux, noir, sale, grouillant mais Ô combien vivant. Quelle minutie dans la description des cadavres, dans les explications des découvertes de Long Si et autres.
    Un livre qui ne se lâche pas facilement, malgré la dureté de certaines scènes. Une belle découverte.

Laisser un commentaire