Littérature

Et boire ma vie jusqu’à l’oubli

auteur : Cathy Galliègue

...
publié par Violaine Belouard

Avec Karine, de la Maison de la presse Mérignac Mondésir nous avons eu le même coup de cœur en ce début octobre pour le nouveau roman de Cathy Galliègue.

Nous vous proposons donc sa fiche magnifique et mon avis pour vous donner envie de foncer chez votre libraire…

Mon avis :
Vous dire que j’ai retrouvé avec plaisir la plume de Cathy Galliègue n’est pas assez fort.

Lors de la lecture de son premier roman j’avais été secouée par l’histoire car elle sortait des sentiers battus.

Alors dans ce nouveau roman autant vous dire qu’on entre dans une forêt dense faite de peurs et d’angoisses.

Betty est l’héroïne de ce nouveau roman. C’est une jeune femme qui a subi des malheurs conséquents dans sa vie et qui a trouvé refuge dans la boisson.

L’auteure nous présente aussi Raphaël, un petit garçon gentil et discret, en tout cas dans l’histoire, ainsi que le papa de Betty. C’est un homme qui a lui aussi eu des chocs dans sa vie et il essaie tant bien que mal de surmonter le tout.

Les mots de Cathy Galliègue vous entraînent forcément dans ce quotidien rempli de bouteilles mais intrinsèquement rempli d’amour. C’est viscéral, Betty vit parce qu’elle garde en elle de l’amour. Il ne suffit parfois pas de beaucoup pour éclairer un cœur.

L’histoire est troublante car il y a l’évocation de ce sujet tabou qu’est l’alcoolisme féminin mais au-delà il y a une histoire de famille faite de secrets.

Cette famille a beaucoup été esquintée par la vie et quelque part, attention je n’excuse pas, Betty avait besoin d’aller loin pour faire sortir ce poids qu’elle portait et qui interagissait avec son père et qui aurait eu des conséquences pour son fils. Elle a sombré dans l’alcool comme d’autres sombrent dans la drogue où je ne sais quels autres vices.

Doit-on lui jeter la pierre ?

Certainement pas… Et c’est ce que j’ai trouvé d’admirable dans ce roman. Le père de Betty a permis, sans forcément avoir beaucoup d’actions à mener, de donner à Betty LE déclic. Il était présent et à son écoute. Il ne l’a pas sommé de faire telle et telle chose pour qu’elle s’en sorte. Non, il était simplement LA.

Ce roman est paradoxalement doux… Betty a su trouver la porte de sortie de cet enfer qu’elle se construisait mais combien n’ont pas la chance d’avoir autour d’eux les bonnes personnes au bon moment ?

J’étais heureuse que Betty s’en sorte et qu’elle retrouve un amour sain, passionnel aussi et qui lui correspond. J’ai aimé que l’on retrouve une sérénité dans la continuité de l’histoire même si on aurait pu s’attendre aussi à l’effet totalement inverse.

Evidemment depuis j’y repense…l’alcoolisme féminin est tabou et c’est un phénomène dont il est peu question dans les médias alors que les femmes ont autant besoin d’aide que les hommes à ce sujet.

Je ne vous cache pas que ce roman est un gros coup de cœur car une nouvelle fois Cathy Galliègue a fait preuve de bienveillance envers ses personnages tout en posant les mots justes sur leurs émotions. J’ai vécu extérieurement à ces personnages mais l’empathie était très présente et l’envie de faire quelque chose s’imposait de plus en plus.

Alors si je ne peux pas agir sur des personnages de romans peut-être que mon modeste avis peut aussi contribuer à dire à ces personnes malades qu’ils ne sont pas seuls

Vous pouvez lire ce roman sans hésiter afin de retrouver la plume solide, franche et remplie d’émotions de Cathy Galliègue.

Une auteure à suivre et dont il faut parler car ses livres sont des romans contemporains axés sur l’Humain, pas forcément sur des sujets dont on a envie d’entendre parler mais qui sont absolument nécessaires.

Lien vers Facebook Maison de la presse Mérignac Mondésir

Lien vers Blog Les Lectures de Lailai

A propos du contributeur

Violaine Belouard

Les livres font partie intégrante de ma vie.
Je suis passionnée depuis toute petite et en avançant il me fallait plus que lire dans mon coin toute seule...depuis 2014 je tiens un blog littéraire et depuis fin 2015 j'ai créé un groupe de lecteurs sur Cholet pour lier l'Humain à ma passion.

Laisser un commentaire