Actualités

Sa Majesté des Ombres par Ghislain Gilberti

publié par Amandine49

Depuis longtemps on me conseille de lire Ghislain Gilberti mais comme beaucoup, ma PAL déborde et les sollicitations viennent de partout.

Son nouveau livre me faisait de l’œil par le résumé d’abord mais aussi par la phrase d’accroche de Sire Cédric qui est quand même un des grands maîtres du thriller en France.

Le livre se divise en plusieurs parties mais pour simplifier la chronique je vais le diviser en deux.

La première partie est une sorte de mise en bouche. On suit une équipe de PJ de Mulhouse emmener par un personnage effrayant, le lieutenant Michel Grux. Cet homme est détestable en tout point : agressif, violent et drogué au dernier point. Il est sur la piste d’une filière de drogue très importante. Il est près à tout pour arriver à ses fins.

Cette première partie va assez vite. L’ambiance est pesante et très noir. Les flics ne sont pas des tendres et n’hésite pas à prendre quelques largeurs avec la loi. Aucun espoir n’est présent. On est dans la violence en permanence. Mais cette violence est justifiée et bien écrite. De manière générale dans le livre, elle me fait penser à celle du livre de Mattias Köping « Les démoniaques » (Ring).

La fin de cette première est terrifiante. Rien ni personne n’est épargné. On ne lâche pas le livre tellement la scène de fin est intense. L’injustice est ce qu’il nous reste à la fin. Je ne savais pas comment le livre pouvait continuer après une telle scène monumentale, mieux que n’importe quel film d’action.

Mais c’est sans compter sans le talent de Ghislain Gilberti !

Dans la seconde partie du livre on va suivre Cécile Sanchez, une sorte de « profileuse » qui appartient à l’OCRVP (Office central pour la répression des violences aux personnes). Elle va être appelé pour mener l’enquête à Strasbourg entre autres. Il semblerait que des affaires de crimes aient des points communs.

Ce personnage est absolument remarquable. Cécile possède une force mentale et physique incroyable . Elle ne va pas être bien accueilli dans cette équipe essentiellement masculine dans laquelle on retrouve bien sûr des personnages de la première partie.

Romane est accompagnée d’une autre femme, Romane, qui m’a beaucoup touchée. Elle ne paye pas de mine au début mais c’est un élément essentiel pour que Cécile avance. Elle m’a touchée par sa faiblesse, elle m’a fait pensée un peu à moi.

Cette seconde partie est dense. On fait un pas en avant pour deux en arrière. L’enquête prend du temps à commencer réellement. Mais c’est normale car ils vont avoir affaire à une structure criminelle très complexe.

Encore une fois comme dans la première partie, tout semble possible. On enchaîne les scènes d’actions toutes plus dingues les unes que les autres. Ces moments sont écrits à la perfection. Il est impossible de lâcher le livre avant la fin.

Ce livre est un vrai bijou comme j’en lis très peu. Je me suis laissé embarquer par cette écriture à la fois sensible, précise et violente.

La précision est à la hauteur de ce que j’aime. On ressent à chaque page le travail de recherche de l’auteur. C’est quelque chose qui compte beaucoup pour moi car cela rend les choses très réaliste et crédible.

En tant normale, j’arrive à voir ce qu’il va se passer un peu à l’avance sur quelques éléments. Là j’avoue que ça n’a pas marché une seule fois. Je suis allé de surprise en surprise. C’était à la fois déstabilisant mais aussi jubilatoire.

Le style d’écriture de l’auteur m’a conquise. Il y a énormément de chose dedans. On passe ainsi par toutes les émotions. Il sait nous toucher et nous plonger à 200% dans cet enfer.

Dans la quatrième de couverture, le livre est comparé à plusieurs séries qui ont le même thème. Je pousserais cette comparaison au faite que c livre ferait une parfaite série tv de part la manière dont il est construit. Les descriptions sont tellement précises que j’ai lu ce livre comme je dévore une bonne série tv.

Après la lecture d’un tel livre, il y a comme un avant et un après. La longueur de ce livre m’a un peu effrayé au début mais en faite les pages défilent sans qu’on ne se rende compte.

La fin est absolument cruelle. On se dit encore une fois que dans le tome 2 tout sera possible et que nous ne sommes pas au bout de notre surprise.

Ghislain Gilberti fait dorénavant parti de mes écrivains de thriller préféré. Il rempli toutes les critères d’un bon auteur de thriller. Il fait parti des incontournables du genre ! 

Ne vous laissez pas impressionner par la longueur du livre ! Mais laissez vous happer par ce thriller absolument magistral ! 

Présentation de l’éditeur :

Un cartel d’un nouveau genre, invisible et sans pitié.

Une drogue d’une pureté inédite.

Un réseau de dealers sous pression, déployé à travers l’Europe et coupé de la tête de l’organisation.

Un signe commun aux membres du cartel : Ecce Lex, tatoué sur le poignet. Quand des dealers sont capturés, ils se révèlent incapables de livrer le moindre indice sur leur commanditaire… Quand leurs cadavres ne servent pas déjà de bornes kilométriques.

Une légende de la police judiciaire aux dons de mentaliste, Cécile Sanchez, fait face à des tueries aux modes opératoires sans précédent.

Est-il possible de mettre des ombres en cage ? Dans quel enfer devra-t-elle descendre pour faire face au mal absolu ?

Bienvenue dans le Réseau Fantôme.

Entre Braquo et Breaking BadSa Majesté des Ombres ouvre magistralement la nouvelle épopée du thriller hexagonal.

Éditions : Ring – Date de parution : 8 Mars 2018 – 738 pages

Les Lectures d’Amandine

A propos du contributeur

Amandine49

Laisser un commentaire