Polar / Thriller

Surtensions

auteur : Olivier Norek

...
publié par Samzoe

Oh que je l’attendais celui la ! Impatiente que j’étais de retrouver Coste et son équipe – sa famille. Parce que c’est un peu comme des amis le groupe Crime 1, on suit leurs enquêtes, on se retrouve autour d’un verre, on se comprend juste par un regard, un silence. Et dans ce troisième volet, pour ce qui est de l’humain, on est servi ! L’Enlèvement, le braquage, la prison ne sont presque qu’un prétexte pour apprendre à connaitre plus intimement Victor Coste et ses questionnements, Johanna qui veille comme une mère, Ronan, un peu brut de décoffrage, ne sait trop quoi faire, ou comment faire, avec ses sentiments, et Sam un peu à fleur de peau. Un peu moins sociétal que les précédents, il n’en demeure pas moins qu’Olivier Norek égratigne le milieu carcéral. Alors oui, on sait bien la vie en prison n’est pas tendre, mais ce que l’on sait moins c’est que l’institution est quasiment laissée à l’abandon avec peu de moyen, advienne que pourra ! Une scène en particulier m’a vraiment marqué, parce que ce n’est pas juste, mais la vie n’est pas juste.
Et puis ça part en vrille, une enquête débouchant sur une autre affaire en cours, pour un final explosif. Toujours avec réalisme, les situations et les personnages sont vivants. On tremble pour ce petit frère qui disjoncte en prison. On s’attache à sa sœur, qui par amour fraternel va aller au bout d’elle-même. Et oui, même pour les vilains on a une tendresse particulière. Parce qu’aucun être humain n’est blanc ou noir, mais fait d’une belle palette de gris.
Olivier Norek nous met les nerfs en pelote, nous malmène le cœur et l’esprit, toujours avec humour.

Alors oui Olivier, Surtensions est aussi réussi que les deux premiers. Voir même un peu au- dessus, car l’humain y a la part du lion…

A propos du contributeur

Samzoe

1 commentaire

  • Norek c’est un artificier ! Pour le bouquet final de la trilogie de Coste, il nous a envoyé une multitude de fusées qui nous en met plein les yeux et le cœur ! Même si certaines vous glacent, attention émotion garantit !

    Un arc-en-ciel des affaires policières.
    Et oui, vous avez plusieurs histoires dans l’histoire.
    Oh la belle bleue !!! Tout commence par une histoire de prison.
    Eh c’est une jaune là ! Une histoire de kidnapping
    Une rouge !! Un hold-up
    Verte … Pédophilie …
    Mais qu’est ce que c’est que ce boxon ?? héhé ..Si vous ne voyez pas le lien entre tout ça, dites vous qu’au départ moi non plus 😉

    Les premières pages sont non seulement captivantes mais aussi inquiétantes ! Un membre de l’équipe de Coste meurt ! C’est annoncé dès le début ! Pas de spoiler ici. Ce que l’on ne sait par contre c’est le nom. De vous à moi, j’ai un personnage que j’aime particulièrement donc je souhaitais que se ne soit pas lui ! Mais, Olivier Norek nous baigne tellement dans l’intimité de tous les personnages dans ce roman, que finalement j’ai appréhendé cette épée de Damoclès pour toute l’équipe .

    Tout commence par l’incarcération d’un jeune homme suite à un braquage de bijouterie. On suit ce môme dans une prison surpeuplée, qui n’a de règle que celle des détenus. Comme dans la chaîne alimentaire, il y a toujours un plus gros qui te bouffe ! On le comprend clairement. Encore un fois l’auteur nous parle franchement, avec recherche et texte à l’appui, du problème des prisons. De cette politique de se taire et faire jouer les rapports et chiffres.
    Cher ami, ça fait bien longtemps que je n’ai pas mis en place une psychothérapie. Tout n’est qu’inégalité et ultra violence, ça ne sert à rien de réparer les esprits en pleine tempête. Et de toute façon, la plupart sont de sûrs de ne rien valoir. Depuis le temps qu’on le leur répète, il ne faut pas s’étonner du chiffre de récidive. Soixante pour cent, c’est effrayant, non ? Vous avez déjà entendu parler de la théorie de l’échec programmé ?

    Alors oui, il ne nous fait pas de cadeau ! Dans certains passages, j’ai eu la nausée. Pourtant, ce n’est pas gore, la violence est suggérée et écrit avec une certaine pudeur. Mais l’imagination …..J’ai donc relevé régulièrement le nez du bouquin afin de respirer, reprendre mon souffle.

    Comme dit plus haut, ce roman est humain ! J’ai eu beaucoup d’empathie pour le groupe de braqueur. Même s’ils jouent avec des règles différentes, je me suis attachée à trois d’entre eux. Si bien qu’à un moment cela devient difficile, on a presque envie que cela se termine en happy-End ! Mais dans la vraie vie cela n’existe pas ! Alors que va faire notre auteur à votre avis ?

    Si vous avez lu mes précédents avis sur l’ami Olivier Norek, vous savez que je suis fan du Monsieur ! Pour être honnête, à mon humble avis, Surtensions est le meilleur de la série ! Il a la profondeur et le cœur de code 93 (son côté proche des sentiments de l’équipe) et le dynamisme de Territoires.
    L’auteur surf tranquillement sur une belle vague de talent !

Laisser un commentaire

Mots des Libraires

GRATUIT
VOIR